Archives de la catégorie ‘coup de coeur’


BlackBook
Stéphane Nolhart
Laura Mare Éditions

BlackBook

BlackBook

B∞Kinnée accueille à nouveau ce cher Stéphane Nolhart et ses romans « collectors ».
BlackBook ne déroge pas à cette règle. Il est comme ces romans interdits, controversés qu’on se refilait sous le manteau… Si vous ne vous êtes pas rués dessus à sa sortie (en 2011), patience et opiniâtreté seront les maîtres mots pour qui voudra se procurer ce petit joyau de lecture ! Il vous faudra user des sous réseaux, pénétrer les marchés noirs… Ou plus simplement, avoir un super bouquiniste pas très loin qui fait les œuvres d’art ! Mais dans tous les cas, ce roman mérite largement la peine et le temps passés pour le dénicher… Blackbook fait parti de ces livres indispensables et Etienne Darc, le personnage principal, est une référence incontournable.

Etienne Darc est écrivain. Un écrivain parisien, d’une quarantaine d’année, « bourré » de talent.
Etienne Darc peine à garder une femme dans sa vie, il les aime trop pour s’engager pour de vrai. Un brin désabusé par ses deux divorces, il enchaîne les conquêtes éphémères comme il enchaîne ses cigarettes.
Etienne Darc peine à se faire éditer pour de vrai, dans une « vraie » maison d’édition.
Pour vivre de son art malgré tout, cet écrivain « quadra-parigot-célibataire-désabusé » n’a d’autres solutions que d’être nègre. Il  vit dans l’ombre, prêtant sa plume et son talent à des célébrités lumineuses, dont certaines ont légèrement pris la poussière… Comme cette ancienne « starlette » des années 70 qui vient de louer ses talents pour écrire sa biographie, qui, elle en est certaine, lui permettra de retrouver la lumière de sa gloire passée. Commence alors une épopée plus que loufoque pour notre héros. Entouré de personnages aussi burlesques qu’attendrissants, Etienne Darc plonge en plein cœur d’un univers hostile et fou : la Savoie… en hiver.

Sous couvert d’un humour décapant, Stéphane Nolhart nous offre une fois encore une satire acerbe et émouvante de notre société. Loin d’être black, ce roman est une peinture lumineuse de la littérature, des sentiments, de la condition humaine.
La plume de Stéphane Nolhart dépeint magistralement la face cachée du monde du livre, de l’édition, du spectacle, des rapports hommes-femmes actuels,  avec une savoureuse pointe de caricature dirons-nous (on va être gentil avec certains protagonistes…). BlackBook est une délicieuse et subtile mise en lumière de toutes ces petites parts d’ombres dont recèle notre société. L’auteur mélange avec art l’ironie, l’humour, la tendresse, la légèreté, le sérieux. Il éclaire tout en finesse ces sujets « sombres et épineux ». Il invite sans en avoir l’air le lecteur à la réflexion entre deux éclats de rire.
Stéphane Nolhart nous offre un grand cru de la littérature à déguster sans modération !
Petite mise en garde : crises de fou rire incontrôlables et à répétition ! À ne pas lire n’importe ou… 😉

BlackBook
Éd. Laura Mare
ISBN : 978-2-918047-68-1


Un Hiver avec Baudelaire
Harold Cobert
Éd.HO / Livre de Poche

Baudelaire

Il y a des romans divertissants, qui vous font sourire et passer un agréable moment, puis il y a ceux qui font « réfléchir », qui vous font verser une larme quand vous le fermer. Un hiver avec Baudelaire fait parti de la dernière catégorie. Une fois lu les derniers mots de ce roman, on ne pose plus le même regard sur le monde. Ce livre s’imprègne en vous. Il vous habite longtemps… Il m’a fallu beaucoup de temps pour trouver les mots, ou du moins pour essayer de trouver les mots justes, pour parler de ce livre. Je ne suis même pas sure, au final, de les avoir vraiment trouver…

Le « héros », Philippe, est un homme banal, ordinaire. Cela pourrait être vous ou moi, votre voisin, un parent, n’importe qui et tout le monde. Et c’est là, une des forces de ce roman. L’identification. L’auteur arrive à humaniser son personnage à tel point que l’on devient nous même, le temps de 200 pages, cet homme qui voit sa vie basculer, qui perd tout…  Ce Tout nous est familier, commun. On pourrait dire de ce livre qu’il narre l’histoire banale d’un homme ordinaire. Mais cela serait sans compter sur le talent de l’auteur. Harold Cobert vous emporte dans son monde, vous immerge. Il « peint » cet ordinaire d’une façon, j’ai envie de dire quasi « extraordinaire ». Le lecteur ne peut rester simple spectateur… passif. On ressent l’angoisse, la panique, la peur, la peine, la tristesse, le froid, la joie, le désespoir… On entend, on voit, on sent. On dépasse l’imaginaire, la fiction et l’on pénètre entièrement dans la réalité, la réalité du récit. Tout est palpable. Chaque mot, chaque phrase résonnent en nous. Tout est authentique. Visuel. Sensoriel. On touche l’intime, le quotidien, l’essence de l’homme. Avec grâce. C’est une autre des forces de ce roman. On oscille constamment entre la beauté poétique et l’âpre réalité. La douceur et la violence. L’amour et la haine.La vie et la mort. Et tous les dégradés qui les accompagnent. En résumé, la vie, la vraie, haute en couleur et en dénivelé.

Un Hiver avec Baudelaire est plus que la simple histoire d’un homme ordinaire qui se retrouve à la rue. C’est l’histoire de l’Homme, dans notre société. Il met la lumière sur ce qu’on refuse de voir. Il lève le voile sur ceux qu’on croise quotidiennement et que l’on ne regarde pas. Ce, et Ceux, qui nous dérange-nt. Ce roman met en exergue ce qu’il y a de pire et ce qu’il y a de plus beau en chacun de nous. Il illumine cette main, ou cette « patte », qui nous fait tenir debout, qui nous aide à nous relever quand on est à terre. Il ne cache pas non plus l’autre main qui nous maintient au sol, qui nous pousse. Un hiver avec Baudelaire, c’est un magnifique message d’espoir. D’espoir en l’homme. En l’humanité. J’ai envie de dire que c’est un merveilleux conte de fait.

Est ce mon roman préféré d’Harold Cobert ? Sûrement. Et je dirais même qu’il fait parti de ces romans qui vont me suivre partout…longtemps. Très longtemps.
Je vous invite à vous plonger dans un Hiver avec Baudelaire. Mais prenez garde, il fait parti de ces romans passionnés et passionnants !

Encore une fois, j’ai pris le parti de ne pas parler plus que ça de l’histoire en elle-même… J’espère que cela ne desservira pas ce roman.
Alors à ma façon, je vous invite à découvrir quelques « bouts » de l’histoire, avec toujours ma vision… de plus en plus subjective !


Le Nomade Blanc,
Philippe Frey
Éd. Robert Laffont

Le NomadeBlanc

Il y a 22 ans, un homme a fait le « pari » de traverser le désert du Sahara, d’Est en Ouest. Une première. Jamais le Sahara n’avait été traversé dans sa largeur. Alors un homme, seul, à pieds, avec simplement ses chameaux… Une folie. Un mirage… Un rêve. Philippe Frey est un rêveur. Un ethnologue, un explorateur passionné et passionnant. Un nomade… blanc.
J’ai eu la chance de le croiser, enfant. Bien avant qu’il ne décide de réaliser son rêve. Aurais-je découvert ce livre s’il en avait été autrement ? Peut-être pas. Mais les hasards de la vie sont bien moins fortuits que nous le pensons…

Le Nomade Blanc vous transporte au coeur du désert saharien. Ne vous attendez pas à un livre d’ethnologie ennuyeux et poussiéreux. Il est à l’image de son sujet, chaud, effrayant, attirant, envoûtant.
L’auteur décrit avec passion son expédition, ses douleurs, ses peurs, sa solitude, ses joies, ses rencontres. On vit ces 9 mois, on souffre, on s’extasie en parcourant ces 9 000 Kms à pieds. On suit les caravanes. On sent la chaleur brûlante sur nos doigts à chaque page tournée, on a soif de découvrir le visage des hommes bleus, on est ébloui par l’immensité, on tremble d’effroi. On devient ce petit grain de sable collé à la peau de l’auteur.

Ce récit est bien plus qu’un simple témoignage. C’est une merveilleuse leçon de vie : le pouvoir et la force de nos rêves. Malgré la prison, la déshydration, la mort de ses chameaux, la solitude, les douleurs physiques et mentales, la guerre, Philippe Frey ira au bout de son excursion, au bout de son rêve. Rien ne lui sera épargné et pourtant… il continuera d’avancer.
Croire en ses rêves, les mettre en marche, envers et contre tous, n’est ce pas là la plus belle expédition à vivre ?

Cela fait maintenant 21 ans que ce livre me suit, qu’il passe de cartons en cartons, de maisons en maisons, et retrouve à chaque fois sa place dans ma bibliothèque… Un livre nomade. Il n’est pas seul, le Scorpion d’Orient l’accompagne. Ma caravane de rêves…

Je vous invite à découvrir, ou redécouvrir, Le Nomade Blanc, premier livre de Philippe Frey.
Prenez place dans la caravane… elle n’a pas fini d’avancer.


Premiére !
Marc Quentin Szwarcburg
Éd. Héloïse d’Ormesson

eho-mqs1c

 

Découvrez le premier roman de Marc Quentin… L’auteur nous offre une satire pleine d’humour et de sincérité du monde du théâtre, un milieu qu’il connait fort bien…

Installez-vous confortablement, le spectacle commence….