L’Ostréopithèque
Bernard Cazaudon
Éd. Vents salés

ostreopitheque

Il m’est difficile pour cette chronique de conserver mes petites rubriques… Mais comme je suis le Seigneur du Château, et qu’il ne faut jamais s’enfermer dans un cadre, renversons (un peu) le régime établi !

L’Ostréopithèque est le premier roman de Bernard Cazaubon, auteur « local ». Une amie, proche de l’écrivain dirais-je, m’avait fait part de ce roman bien avant sa publication. J’avais les grandes lignes de l’intrigue, savais que l’histoire se déroulait « chez nous », entre Bordeaux et le Cap Ferret. Il m’était donc impossible de ne pas lire ce bouquin !
Pour rester dans la thématique locale, et coller à l’univers de l’auteur, je me suis offert L’Ostréopithèque à la Librairie Thiers d’Arcachon ! Une fois le livre en main, direction la plage ! J’étais impatiente et de plonger dans ce polar, dont le titre m’amusait, et de découvrir un nouvel auteur… les pieds dans le sable face à la mer !

L’Ostréopithèque nous plonge dans l’univers bordelais et ferret capien. Pour ceux qui connaissent la région, c’est un petit délice de se promener avec les personnages dans tous ces lieux magnifiques… (oui, je suis un peu chauvine !!) Ceux qui ne connaissent pas n’auront qu’une envie : découvrir le Cap Ferret, Arcachon, Bordeaux…
Bernard Cazaubon décrit magistralement cette région, comme on dit « on s’y voit sans problème », mais c’est surtout sa façon de dépeindre la « faune » locale qui est savoureuse… Rien ni personne n’est épargné. L’auteur écrit « sabre au clair et pied au plancher » !
Son Style ? Un humour décapant, une « gouaille » à la Frederic Dard, des personnages à la Michel Audiard… bref, une exquise gourmandise !

L’Ostréopithèque se déguste : on savoure sa fraîcheur, on apprécie son acidité.
Essai transformé en ce qui me concerne concernant Bernard Cazaubon. Je ne peux que vous conseiller ce polar et vous invite vivement à faire la connaissance de ce « jeune » auteur.
Oubliez « les petits mouchoirs », ou « petits kleenex » devrais-je dire, et découvrez une face non édulcorée de la société bordelaise et de la « presqu’île » !
Pour la petite histoire, il était question d’une adaptation du roman au cinéma… Pas mal pour début non ?!

PS: L’aventure continue dans « Première Ligne », second roman de Bernard Cazaubon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s